Pôle Habitat FFB
Orientez votre smartphone verticalement pour profiter au mieux de notre site Internet.

Conférence de presse Pôle Habitat FFB : Logement neuf : une crise inévitable ?

Confpresse 20102022
20/10/2022

Introduite par le Président de la Fédération Française du Bâtiment Olivier Salleron, la conférence de presse du Président du Pôle Habitat FFB Grégory Monod avait, jeudi 20 octobre 2022, pour thème : « Logement neuf : une crise inévitable ? ».
Téléchargez le communiqué de presse et le dossier de presse complet.

Pour visualiser toutes nos informations,
connectez-vous ou contactez-nous pour :
Devenir
adhérent
Devenir
partenaire

Sur le projet de loi de finances pour 2023, qui a fait l’objet la veille d’une procédure « 49.3 », le Président de la FFB a fait part de quatre motifs d’insatisfaction : l’absence de soutien au logement neuf, la ponction de 300 M€ sur Action Logement, la stagnation du budget de MaPrimeRénov’ et la nouvelle attaque contre la TVA à 5,5% (exclusion des travaux induits qui remontent à 10%). Il a mis en garde contre la prochaine pénurie de logements et ses impacts sur l’ensemble du secteur.
Olivier Salleron s’est toutefois félicité de la restauration du crédit d’impôt pour rénover énergétiquement les locaux des TPE-PME et réjoui du relèvement du plafond du taux réduit de l’impôt sur les sociétés pour les PME, pour lequel il espère un effort complémentaire.

Grégory Monod a ensuite dressé le bilan du premier semestre 2022 et les perspectives des marchés du logement neuf. Sous le poids des difficultés d’accès au crédit, de l’inflation et des incertitudes sur le pouvoir d’achat, de la hausse continue des prix du foncier (ZAN) et surtout de la flambée des coûts de construction (RE2020 et crise des matériaux), les ventes de l’habitat individuel (-16,8% sur 12 mois à fin août, -28% sur trois mois) et du logement collectif (-9% pour les ventes aux particuliers et -33,4% aux institutionnels, à fin juin) s’effondrent depuis début 2022. 

Le Président du Pôle Habitat FFB a ainsi alerté sur le fait que le logement neuf se dirigeait chaque jour un peu plus vers une crise profonde et sévère et que la situation exigeait des réponses rapides de la part du Gouvernement.

  • Face à la crise des matériaux, il faut d’abord soutenir les opérateurs en neutralisant les pénalités de retard dans les contrats privés et en réformant les modalités de révision de prix en CCMI.
  • Il est ensuite nécessaire de soutenir l’accession à la propriété en desserrant les contraintes en matière de financement, en rétablissant le prêt à taux zéro PTZ à 40% sans discrimination territoriale, en relevant les plafonds d’opération pris en compte pour son calcul et en instaurant un crédit d’impôt sur les annuités d’emprunt pour compenser l’impact des hausses de prix.
  • Il faut également redonner confiance et envie aux investisseurs particuliers en restaurant, avant sa disparition, l’attractivité du dispositif Pinel et en engageant la mise œuvre d’un régime universel d'investissement locatif privé.